LES ARTISANS II - Les voituriers

LES VOITURIERS


Le transport des bois, allant des forêts jusqu’aux rivières, comme par exemple les résineux des forêts de Levier qui passaient par Salins, s’opérait par voiturage à bœufs. Les grumes de sapins de la forêt de la Joux pouvaient atteindre 40 m de long. Sortir les lourdes grumes jusqu’au chemin carrossable s’appelle le débardage. Les voituriers n’étaient pas peu fiers de pouvoir se payer les restaurants avec l’argent gagné à chaque voyage, alors que les paysans n’avaient qu’une rentrée d’argent par an, au moment des récoltes.


Ceux qui voituraient les bois des forêts jusqu’aux rivières pour le compte de la Marine royale (pas avant 1678, la conquête de la Franche-Comté) sont appelés voituriers de Marine


Pour le transport des marchandises, il faut parler des Grandvalliers (de Saint-Laurent en Grandvaux - Jura), sillonnant toutes les routes d’Europe. Leurs voitures étaient recouvertes d’une toile blanche et attelées d’un robuste cheval comtois.


Cf : Max Buchon, présentation par Michel Vernus. Presses du Belvédère. 2004
Cf : La chanson des Voituriers de Marine

 

Voituriers de Marine. Salins. Vers 1905

Sortir les lourdes grumes jusqu’au chemin carrossable s’appelle le débardage. Les voituriers n’étaient pas peu fiers de pouvoir se payer les restaurants avec l’argent gagné à chaque voyage, alors que les paysans n’avaient qu’une rentrée d’argent par an, au moment des récoltes.